Les principes de base de la pharmacopée traditionnelle chinoise

L’utilisation des plantes dans le traitement en médecine traditionnelle chinoise est certainement la branche thérapeutique la plus développée à l’heure actuelle.

Une importance qui est liée à son usage, et aux possibilités thérapeutiques qu’elle recouvre, importance également due au temps d’apprentissage nécessaire a sa maîtrise.

« Prescrire des médicaments équivaut à diriger une armée, cela requiert une grande prudence » (Xiang Zhen)

Il existe certainement des similitudes, entre l’utilisation des plantes en Occident par les herboristes, et l’utilisation des plantes en Chine, mais il existe aussi de grandes différences.

La pharmacopée chinoise obéit à des règles qui lui sont spécifiques, son usage est associé au diagnostic différentiel de la médecine chinoise (et non à un usage souvent symptomatique).

Une des règles fondamentales, de son efficacité est l’art de combiner judicieusement les substances entre elles.

Là encore nous voyons la différence entre le fait de former une équipe pour résoudre un problème, et l’utilisation de plantes pour leur caractère singulier comme c’est le cas souvent en Occident (on met plutôt l’accent sur des principes actifs isolés, sur le caractère fort, ou singulier d’une plante, dans une vision plutôt individualiste si l’on peut dire).
Par analogie, on pourrait dire que dans la vision de la MTC, on cherche à former une équipe (vision plus collectiviste).

Dans ce cadre, il est important de bien connaître chacun de ces acteurs de cette équipe, qui a ses qualités propres, mais aussi ses défauts.

Par exemple, il est intéressant de connaître les capacités d’une plante à travailler en synergie avec d’autres, ou non.

Bien sûr, pour résoudre certains déséquilibres nous connaissons en MTC de grandes formules types qui ont déjà fait leur preuve. Mais pour répondre au plus juste ces formules ont parfois besoin d’un renfort spécifique, ou que certains membres de cette équipe, du fait de leur caractère trop fort, ou trop marqué, dans cette situation, soit tempérés par d’autres.

Tout ceci pour dire que l’une des grandes caractéristiques de la pharmacopée chinoise est que l’on cherche à adapter le traitement aux malades, et non d’adapter le malade au traitement.

Marc Gutekunst