Alchimie

L’ Alchimie, ou aussi appelée philosophie hermétique est une science, une vision de la réalité ainsi qu’une forme de rationalité.

En alchimie, le grec ancien à son importance; le sacrement en grec se dit: μυστήριον (Mystèrione), où on entend “mystère”, le mystique lui se dit μύστης (Mystès), c’est encore la traduction de l’adepte, ou initié.

C’est donc l’ésotérisme qui qualifie le mieux l’alchimie, ou l’hermétisme. La valeur des mots se compte par rapport à ce qu’ils cachent pour les alchimistes. Le secret, ou ce qui est caché se traduit par xρυπτος (cryptos) donc la crypte ou ce qui est caché sous terre. Il n’est pas difficile de faire le pont entre xρυπτος et crypté, ce qui est crypté est donc une connaissance cachée, pour les alchimistes c’est la gnose. Chez les Grecs c’était la connaissance liée au divin qui passait par l’homme, comme le dit notre dictionnaire de Philosophie :

Par la voie de la connaissance intellectuelle, les gnostiques s’efforcent de se joindre au divin. La neutralisation des attaches physiques par l’ascèse (…) ou alliée à la connaissance mystique (gnose), sans recours à quelques grâces divines que ce soit, permet à l’homme de s’évader de ce monde où règne le mal et d’être habité au plus profond de soi par le divin.”

Elisabethe Clément, Chantal Demonque, Laurence Hansen-Love et Pierre Kahn, Dictionnaire : La Philosophie de A à Z, Paris, Hatier, 2000, “Gnose”, p. 183.

Le registre du secret en alchimie définit plusieurs choses; nous parlions d’ésotérisme par exemple, qui s’oppose à l’exotérisme, mais ces termes sont eux-mêmes tiré d’une étymologie qui est souvent assez tirée par les cheveux, nous avons donc préféré donner ici notre propre interprétation : le terme ésotérique vient du grec: έισω (éïso), qui veut dire “intérieur”, il est opposé au terme exotérique, qui vient du grec: ἐξω (éxo), qui veut dire extérieur. L’intérieur revient à ce qui est caché, comme l’hermétisme par exemple qui s’entend de deux façons différentes : hermétique, c’est à dire bien fermé et aussi qui vient d’hermès. L’extérieur est ce qui est apparent. L’ésotérisme est donc un terme qui définit une connaissance cachée, contre une connaissance du grand public : l’exotérisme. Nous différencions donc une connaissance sacrée d’une connaissance profane. Finalement l’ésotérisme et l’exotérisme sont deux mouvements opposés et complémentaires, mouvements qui sont illustrés par différentes figures symboliques et imagées : le féminin et le masculin, la lune et le soleil … etc.

Alchimie haut et bas

Alchimie haut et bas

Cette illustration nous montre les deux différents mouvements : le soleil va de l’intérieur vers l’extérieur tandis que la lune va de l’extérieur vers l’intérieur. Gaëlle Dufour (une adepte) nous dit :

Le grand œuvre se fait entre deux personnes qui s’aiment et cela donne un enfant, mais c’est un enfant fait avec l’esprit. L’esprit se trouve dans les aimants, les attirances, il faut que ça aime. Toute l’alchimie parle du rapport homme femme, il faut une attirance. Les analogies créent aussi l’aimant, les images que nous donnent les analogies font graviter de plus en plus d’analogies”.

Pour conclure, Mircea Eliade introduit son ouvrage Cosmologie et Alchimie Babyloniennes:

Cette foi qu’à l’homme en son pouvoir de parfaire la nature – grâce à des techniques et à des rituels de “croissance” – remonte aux premières synthèses mentales de l’histoire mésopotamienne. En parachevant la nature, l’homme visait à se parachever lui-même. Tel est le sens de toute “magie”: accéder à la perfection et à l’autonomie en se servant de l’”exemple” et des “forces” du Cosmos.

Mircea Eliade, Cosmologie et Alchimie Babyloniennes, Paris, Gallimard, 1991 (première ed. 1937), p. 120.

Nous avons choisi cette introduction de Mircea Eliade pour sa simplicité et la façon dont elle synthétise l’alchimie. La “foi” dont il nous parle est un des éléments primordiaux de l’alchimie avec la mystique. C’est la notion de laboratoire en alchimie qui exprime assez bien le lien entre la pratique et la foi, ou la mystique des alchimistes.

Pour approfondir la question les articles ci-dessous, sont eux aussi consacrée à l’alchimie, et poussent plus loin la réflexion :

1. La langue des oiseaux

2. La place de l’alchimie